Coopération scientifique

Le Kazakhstan a adopté une stratégie de développement d’une économie de la connaissance. La France participe à cette démarche par sa coopération scientifique et de recherche.

Cette coopération s’appuie sur l’excellence de la recherche scientifique et la maîtrise technologique de la France. La « diplomatie scientifique » constitue un élément-clé de son action sur la scène internationale, comme vecteur du développement et facteur de dialogue entre les peuples.

L’Ambassade de France contribue à la mobilité des chercheurs français et kazakhstanais, et permet ainsi de créer des réseaux et des partenariats. Au moment où le Kazakhstan donne la priorité à l’éducation, notamment scientifique et technique, et met en place un modèle d’université de recherche, l’Ambassade fait de la coopération scientifique une priorité.

Les domaines liés au développement du Kazakhstan sont favorisés.

Energie.

La question de l’énergie est un défi que doit relever l’humanité. Le Kazakhstan entend y contribuer et organise sur ce thème l’exposition internationale de 2017. Des coopérations ont été initiées selon plusieurs axes :

-  JPEG énergie solaire : projets communs de recherche menée par la compagnie Total et l’université Nazarbaïev ; partenariat industriel, pour l’usine Astana Solar, entre Kazatomprom et le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) ;

-  industries extractives (sources d’énergie fossiles, uranium) avec le JPEG centre Géo-énergies (universités de Lorraine, Al-Farabî et Satpaïev).

Médecine.

La recherche médicale est un domaine d’excellence de la France et une priorité du Kazakhstan, qui établit un complexe hospitalo-universitaire près l’université Nazarbaïev. Des équipes françaises travaillent avec le Kazakhstan sur des compétences très spécialisées ayant connu des avancées récentes :
-  oncologie
-  vieillissement cellulaire.

Agriculture.

Inspirée par la tradition d’élevage nomade du peuple kazakh et l’ambition du pays de devenir une puissance exportatrice de production animale, une recherche est menée par une équipe franco-kazakhstanaise sur les laits non conventionnels. La France, une des premières puissances agricoles du monde, peut apporter davantage de savoir-faire dans ce secteur de l’économie.

Dernière modification : 27/01/2014

Haut de page