Législation en matière de visas et d’enregistrement pour les Français au Kazakhstan

1/ A partir du 1er janvier 2017, les ressortissants français n’ont pas besoin de visa, ni d’enregistrement si leur séjour au Kazakhstan est inférieur à 30 jours. La sortie du territoire kazakhstanais, même pour un temps très court, réactive la période de validité de 30 jours sans visa.

Assurez-vous toutefois que la carte de migration ait bien été tamponnée 2 fois à l’entrée sur le territoire :
JPEG

2/ Si un ressortissant français dépasse la période de 30 jours calendaires, il ne pourra pas quitter le pays sans se rendre à l’OVIR (Département des visas et d’enregistrement de la police migratoire) qui lui délivrera un visa de sortie dans les 24 heures. Aucune dérogation ou tolérance ne peut être faite à la règle du dépassement. Le contrevenant ne pourra pas effectuer les formalités à la frontière. Il devra se rendre obligatoirement à l’OVIR compétent.

Cette règle est strictement appliquée. A partir du 31ème jour à 0h01, le ressortissant étranger est en infraction et devra se rendre à l’OVIR pour obtenir un visa de sortie et passer éventuellement devant le tribunal administratif si le dépassement est supérieur à 3 jours.

3/ Si la durée du séjour au Kazakhstan excède 30 jours, le ressortissant français devra obtenir au préalable un visa auprès d’une Ambassade du Kazakhstan, conforme au but de sa visite (business, travail, tourisme…) et solliciter un enregistrement auprès de l’OVIR à partir du 31ème jour après son arrivée sur le territoire kazakhstanais. Si les règles concernant l’enregistrement ne sont pas respectées, le titulaire du visa s’expose à des sanctions plus graves et devra se présenter devant le tribunal administratif. Le juge peut décider de condamner le contrevenant à une des peines suivantes (non-cumulatives), selon la gravité de la faute commise :
• une amende forfaitaire d’un montant de 32.000 KZT actuellement (environ 85 euros) ;
• une rétention administrative de 10 jours maximum ;
• une interdiction de territoire kazakhstanais de 5 ans.

4/ Après son passage devant le tribunal administratif, quels qu’en soient les motifs, le contrevenant devra solliciter un visa de sortie auprès de l’OVIR de la région du Kazakhstan dans laquelle il a obtenu son enregistrement, avant de quitter le territoire kazakhstanais. En effet, chaque bureau régional de l’OVIR est indépendant et aucun autre bureau ne pourra se substituer à ce dernier pour la délivrance du visa de sortie.

Aucune intervention du Poste n’est possible auprès des gardes-frontières.

Dernière modification : 17/01/2017

Haut de page